Level Up

Si créer un magazine dédié au genre du RPG n’est pas nouveau en soi, l’idée d’en faire un mook (mélange entre “magazine” et “book”) blindé d’articles et de dossiers détaillés, le tout sous la forme d’un très joli objet bien épais, est toujours la bienvenue. Surtout quand la qualité est là.

Traitant autant des RPG occidentaux que des J-RPG, que ce soit sur ordinateurs que consoles (portables et de salon), chaque numéro de Level Up est l’occasion de revenir sur plein de jeux qui ont marqué le genre du jeu de rôle. On y découvre des perles rares, des softs en avance sur leur temps ou encore d’autres qui ont tenté des choses, avec ou sans succès. Le tout se fait de façon chronologique, chaque page, chaque jeu étant l’occasion d’avancer dans le temps et voir ainsi les évolutions du RPG au fil des années. On passe ainsi des premiers jeux de rôle sur des ordinateurs pas vraiment adaptés au grand public (réservés aux universités et à un public de connaisseurs très restreint) avec souvent un gameplay qui va à l’essentiel (monstre, porte, trésor), aux consoles de salons et autres ordinateurs personnels qui permettront de donner vie à des univers toujours plus grands et plus travaillés, et à quantité de gameplay différents, tout ça le temps d’un numéro. Ce découpage est très intéressant car il permet de se rendre compte de façon naturelle, au fil de la lecture, des évolutions qu’il peut y avoir en parfois très peu de temps.

Level Up traite avant tout des jeux en eux-mêmes. Parler d’un jeu ou d’une série sera autant l’occasion de connaître des anecdotes de développement que l’impact qu’a pu avoir un titre sur le genre, que ce soit par sa narration, ses thèmes abordés ou par un pur élément de gameplay. Mais on pourra aussi y lire comment un folklore ou une mythologie peut-être utilisé pour l’univers d’un jeu de rôle, ou encore des réflexions sur des aspects de ce type de jeu vidéo (la création des fichiers de sauvegarde car les jeux de rôle sont des jeux par définition longs à terminer par exemple, le rapport très fort des tous premiers RPG aux jeux de rôle papier…). On est beaucoup plus dans l’analyse que dans le simple test ou l’accumulation de trivias, ce qui est définitivement une bonne chose. Mention spéciale au gros dossier (une cinquantaine de pages environ) de chaque numéro, qui traite d’un jeu ou d’une série en particulier, rempli d’informations et d’analyses, un vrai plaisir à lire.

Autre point très intéressant : revenir sur des titres injustement boudés ou méconnus. Radiata Historia, Alpha Protocol, Resonance Of Fate, la série Shadow Hearts… ou d’autres titres jamais sortis en Europe (Bahamut Lagoon, le premier Parasite Eve…) qui méritent que l’on s’y intéresse. Tous ces jeux sont des exemples parmi tant d’autres. Personnellement, chaque numéro est l’occasion pour moi de remplir cette fameuse liste qui ne fait que s’agrandir des jeux « à faire », et ce n’est franchement pas un problème. Et c’est aussi l’occasion de revenir sur des titres annulés ou ressortis sous une autre forme (le fameux Earthbound 64, qui donnera Mother 3 par exemple), en se plaisant à imaginer comment ils auraient pu être.

Mais Level Up ne parle pas que des jeux : il parle aussi de ceux qui les font. Que ce soit une personnalité en particulier ou un studio, par le biais d’un simple article ou d’un dossier, il est très intéressant de découvrir un peu les visages de ceux qui sont derrières toutes ces œuvres, et se rendre compte à quel point certains ont véritablement marqué le genre. Le jeu vidéo souffre trop du manque de reconnaissance de ses « artisans » et de ses auteurs, il est donc toujours important de les citer et de s’intéresser à leurs travaux.

On notera la qualité d’écriture des articles, où se succèdent de nombreux auteurs spécialistes du sujet, comme par exemple Georges « Jay » Grouard (entre autre fondateur de Gameplay RPG, premier magazine au monde consacré aux RPG) ou Franck « Fox » Extanasié (du site Art Of Gaming et que l’on peut entendre sur plein de podcasts de Radio Kawa).

Enfin, l’objet en lui-même est plaisant à lire : la mise en page est claire et c’est très souvent richement illustré. Les couvertures des « first print » sont vraiment magnifiques, il faut le noter.

Il y a pour l’instant quatre numéros de sortis, le tout chez la maison d’édition Third Editions (dont on reparlera, car il y a d’autres séries de livres qui méritent un article). Je ne peux que vous conseiller de les commander et de vous jeter sur les prochains de prévus.

Lien : le site de Third Editions, où vous pourrez également télécharger des extraits des numéros directement sur leurs pages respectives.


Warning: Missing argument 1 for cwppos_show_review(), called in /homepages/33/d652191068/htdocs/clickandbuilds/BesideGames/wp-content/themes/flat/content-single.php on line 39 and defined in /homepages/33/d652191068/htdocs/clickandbuilds/BesideGames/wp-content/plugins/wp-product-review/includes/legacy.php on line 18