Nos questions aux tauliers Fox et Jay.

Pour les personnes écoutant les podcasts produits par RadioKawa, les noms de Fox et Jay ne vous sont pas inconnus. Pour les autres, ces joueurs passionnés animent depuis bientôt 6 ans le podcast « Les Tauliers » résumé comme tel sur radiokawa.com :  « Les démons de RadioKawa se réunissent chaque mois pour célébrer (par les flammes) leur amour du jeu vidéo, de son histoire et de son industrie. Pour le meilleur et surtout pour le pire, Jay, Fox, Caféine, Alexleserveur et InkS ne se fixent aucune limite ». Beside Games a eu le plaisir de leur poser quelques questions sur leur parcours et leur passion pour le podcast et les jeux vidéo. Sans plus attendre, voici la retranscription de cette entrevue.

 

Beside Game : Bonjour Fox et Jay, pouvez-vous vous présenter rapidement pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Fox : journaliste JV Hardware et pop culture

Fox : Je m’appelle Franck, j’ai 34 ans.

Je suis « journaliste JV Hardware, pop culture ». Je fais du podcast depuis six ans avec Radio Kawa et Geekzone avec « Les Clairvoyants » une émission sur les cinéfilms Marvel (uniquement produits par Marvel d’ailleurs).

Je suis auteur d’un bouquin sorti il y a peu chez Third Editions (Les Parchemins De Tamriel : Skyrim) avec qui je bosse depuis 2014 avec Jay sur les mooks Level-Up dédiés au RPG. Je m’occupe essentiellement du MMORPG et du RPG occidental. Je suis consultant en com ou produit pour des boites de temps en temps, je fais des trucs en externe.

Mais essentiellement, c’est de l’écrit, de l’écrit, de l’écrit et du podcast à côté (avec un petit coup de main pour des assos pour de la communication ou pour monter des dossiers).

Jay : éminence grise dans le jeu vidéo

 

Jay : Alors, moi c’est Jay, j’ai 35 ans.

Quand j’étais petit, je voulais être dieu. Quand j’ai grandi je voulais être des dieux. Ensuite, je suis devenu ado et mon principe de vie a changé. J’ai déclaré : « si un jour je découvre que les X-Wing existent, je plaque tout et je deviens pilote ». Pour l’anecdote, je réfléchissais à ouvrir un site qui s’appelle comme ça « Je plaque tout et je deviens pilote de X-Wings ». Sans aucune idée du contenu mais j’aime bien le titre. Puis après, quand je suis devenu adulte, j’ai compris que mon destin était de créer des choses et d’exploiter des gens.

Sinon, on a créé une émission avec Fox, Inks, JB et ALS qui s’appelle « Les Tauliers » ; il y a bientôt six ans ; j’écris un bouquin qui va être assez volumineux.

Et en dehors de ça, je suis une éminence grise dans le jeu vidéo.

BG : Quels sont vos premiers souvenirs de jeu vidéo ?

Fox : Houla ! Alors, il y en a un qui est extrêmement marquant. Ca c’est une histoire que mes parents m’ont racontée mille fois et dont je me rappelle.

J’avais quatre ou cinq ans, il y avait une boutique au centre commercial BAB qui s’appelait Base4. Le mec vendait des jeux vidéo et des produits qui venaient du Japon : des petits trucs électroniques, des jeux TIGER et des trucs comme ça…

C’était tenu par un mec du coin qui était complètement nerd, qui vendait des Commodore, du matos de Commodore et d’autres trucs du genre dans sa boutique qui était en plein milieu de l’allée, juste devant les caisses.

Jay : De base, si le mec vendait du Commodore, c’est que le mec était nerd.

Fox : Ah ouais, c’était le nerd du coin, l’équivalent du vendeur de BD des Simpsons. Mais pas physiquement. Physiquement, il était tout à fait normal.

Bref, il avait plein de trucs et plein de consoles dont une Nes.

« Mon premier souvenir, c’est qu’il m’a passé la manette pour jouer à Tortues Ninja sur Nes »

Mon premier souvenir, c’est qu’il m’a passé la manette pour jouer à Tortues Ninja sur Nes.

Y’avait un mec (qui avait à peu près mon âge aujourd’hui, 30-35 balais) qui était en train de péter des câbles. Je le regarde et je lui dis “Vas-y fait essayer le petit !”. Je commence à jouer. Je fais un niveau. Et je fais “Putain c’est vachement bien, j’aime bien j’aime bien !”. Et là j’arrive devant un truc qui est une espèce de barrage avec de l’eau.

Tout le monde connaît aujourd’hui (rire). Je commence à jouer et j’arrive à la moitié du niveau. Le mec à côté me fait “Putain mais je n’arrête pas de crever là !”. Et je lui fais “Il ne faut pas sauter, faut pas passer là, faut contourner”.

Et là j’ai mon padre qui arrive et qui me dit :

-“Bon maintenant on va rentrer là, on a rangé les courses et tout, tu viens !”.

– “Non non je veux finir, je veux finir !”.

Et la mon père me prend, me met sur son épaule et me ramène à la bagnole. Et moi je gueule comme un putain d’hystérique parce que je veux finir mon niveau. Ca c’est le premier gros souvenir de jeu vidéo. Déjà ils avaient compris que j’étais un gros drogué en à peu près dix minutes.

 

« J’étais complètement subjugué »

Jay : Alors moi c’est un vrai problème, j’ai absolument aucune mémoire de tout ce qui s’est passé avant mes 25 ans. Sans déconner le premier souvenir que j’ai c’est Kung-Fu en arcade.

Alors, je pourrais pas te décrire la situation comme viens de le faire Fox avec un joli story telling, c’est pas mon genre. Je me souviens juste que j’avais hyper accroché. J’étais complètement subjugué, genre j’étais dans un bar et au lieu de jouer au flipper, bah j’avais complètement accroché sur Kung-Fu qui était sur borne.

Et un petit peu plus tard, ma première vraie rencontre on va dire, c’était une version arcade de Mario.

Et sur console, c’était Pitfall sur Atari 2600.

Fox : Qui est un cauchemar !

Jay : A l’époque, pour moi, je me disais « mais on verra jamais quelque chose de plus beau dans le jeu vidéo » (rire).

Après, je pense que ma première vraie rencontre où il s’est passé un truc émotionnel dans mon slip, ça devait être Zelda 1 sur Nes. La première fois que j’ai vu Zelda j’ai fait “Mais ah, la musique ! Mais ah, c’est trop bien ! ah ça ressemble à la mythologie !” et déjà à l’époque je lisais des bouquins de mythologie. Après il y a eu une grosse rencontre avec la Game Boy aussi.

Fox : Si je dois parler d’une érection sur un jeu, c’est Solstice. Mon voisin y jouait. Totalement fana de ce truc, c’était creepy, c’était dark, c’était chelou. Et après je suis tombé dans les Wizard&Warrior sur Nes et là, c’était limite euuh, je cherchais ma dose quoi.

Jay : Autre souvenir qui revient, en arcade encore, Gauntlet !

Fox : Ah aujourd’hui les gamins ils jouent sur tablette, nous on attaquait direct les trucs qui font pleurer, on savait pas où on allait nous.

Jay : La vie c’était le timer. Et ça pouvait se jouer à plusieurs donc il suffisait que tu tombes sur un copain qui était un peu con et tu avais déjà des envies de meurtres à 5-6  ans. C’était sympa, ça forme la jeunesse.

 

BG : Quel a été votre premier RPG ?

Fox : Oh putain ! Je suis en train de réfléchir.

Alors le tout premier, premier, je pense que c’était sur Nes et ça devait être Wizard&Warrior. Le vrai RPG jap, ça devait être le Mystic Quest sur Game boy, Seiken Densetsu.

Ultima

Jay : Mais c’est pas un RPG, c’est un Action RPG. Perdu ! On te parle d’un vrai RPG là.

Fox :  Ah le vrai RPG ! Je dirais que c’est Ys au final du coup.

Jay : Moi je pense que mon premier ça doit être Ultima. En RPG Jap, il y avait le père d’un pote qui était dans l’import-export, il bossait entre le Japon et la France. Du coup j’ai découvert Dragon Quest et Final Fantasy assez vite.

Sinon c’était Ultima ou Wizardry un des deux, je ne sais plus lequel. Et c’était chez un copain qui avait un Amstrad, ça devait être un Commodore je crois. Mais ça date !

 

BG : C’est la base même d’ailleurs Ultima nan ?

Jay : Nan nan y’a eu avant, bien avant même. Il y en avait pas mal mais c’est vrai qu’Ultima et surtout Wizardry ont eu beaucoup d’impact.

A tel point que c’est en le découvrant aux Etats-Unis que Yūji Horii (créateur et scénariste) a eu l’idée de faire Dragon Quest. C’est ce qui a fondé le RPG jap.

A l’époque, il est allé au Etats-Unis chercher des débouchés techniques et acheter des machines car c’était un peu merdique au Japon, il n’y avait que des cafés Internet.

C’est comme ça que Square a démarré d’ailleurs. En 1983, quand ça a été fondé, c’était un magasin qui permettait de louer ton heure pour utiliser un ordinateur. Ils étaient situés juste en face d’un endroit où tu avais des étudiants. Un lycée ou un truc du genre. C’est comme ça que ça a démarré.

Un jour, trois branleurs se sont plantés là-bas, Hisashi Suzuki (NDLR : président de Square de 1995 à 2001), Hiromichi Tanaka (NDLR : producteur délégué chez Square Enix) et Hironobu Sakaguchi. Donc voilà pour l’anecdote.

Hiromichi Tanaka

Hironobu Sakaguchi

Masafumi Miyamoto (fondateur de Square), était le fils du directeur de la Den-Yu-Sha, une sorte de société d’électricité qui avait beaucoup d’impact au Japon. Notre EDF quoi. Il a commencé par fonder Square à l’intérieur de la société de son père. Un jour il a voulu prendre son envol et a fondé son magasin/café internet.

Au début, Il faisait des concours avec les étudiants qui passaient chez lui. Finalement, il a bien accroché avec Hisashi Suzuki (qui est devenu le directeur de Square par la suite), et Hironobu Sakaguchi (le créateur de Final Fantasy à venir).

Puis il a pris un local plus grand et comme Sakaguchi jouait aux jeux de Yuji Horii, c’est ça qui est drôle, il a eu envie de faire la même chose. Et donc il a fait des jeux en copiant ce que faisait Yuji Horii à la base. Et du coup quand Dragon Quest est sorti, il a fait Final Fantasy. Et du coup je sais même plus de quoi on parlait mais on a dévié là-dessus. Enfin j’ai dévié là-dessus (rire).

Je dis toujours des choses intéressantes. T’as pas une anecdote sur un de tes potes Fox ?

Le game doctor

Fox : Connard !

Jay avait son pote dont le padre faisait de l’import mais moi ça a été plus tard les vrais RPG avec mon voisin. Ses parents allaient souvent aux Etats-Unis et ils avaient ramené un Doctor. Donc le Doctor c’est une machine qui se branchait sur la Super Nes et qui permettait de jouer aux jeu import Jap et US. Il y avait un lecteur de disquette sur le côté qui te permettait d’enregistrer les jeux sur disquettes. Un Skyblazer, par exemple, avait besoin de trois ou quatre disquettes. Tu insérais les disquettes dans le Doctor, après tu laissais juste une cartouche de Super Nes française devant, et tu pouvais jouer au jeu.

Une disquette

Jay : Pour vos lecteurs va falloir expliquer ce que c’est une disquette parce qu’ils ne vont pas savoir (rire). Tu rigoles mais c’est un truc de ouf.

Dans le doute où nous aurions des lecteurs beaucoup trop jeunes pour notre moral et pour le savoir, une disquette est un support de stockage de données informatiques amovible. Globalement c’est ce qui correspond à nos cartes SD aujourd’hui.

Fox : Alors, les disquettes c’est des petits carrés qui font 1,33Mo de data..

Donc on avait ça, ce qui fait qu’on allait à Bayonne, dans une boutique de vente et location cassettes vidéo. A l’arrière, il y avait un côté porno derrière un rideau. Dans cette pièce, il y avait une porte et si tu connaissais bien le patron il te laissait passer. Et au fond derrière il y avait plein de jeux jap.

Jay : C’est génial les jeux jap sont mieux surveillés que les pornos !

Fox : Nan c’était pire on avait 8 ou 9 ans et Eric, le padré de Yannick, mon pote, nous emmenait là-bas. On entrait, on traversait le rayon du porn et derrière le rideau il y avait une autre porte.

Jay : J’adore le concept de la warpzone dans le rayon porn pour avoir des jeux vidéo !

Fox : Donc, il louait les jeux pour le week end. Pour 150 francs (NDLR : 23€ env.), tu avais 5 ou 6 jeux.

Le samedi après-midi on copiait les jeux, il les ramenait le samedi soir ou le dimanche après midi et on les faisait ensuite. On a fait beaucoup de jeux imports comme par exemple les Final Fantasy en jap et us. Je te parle de ça c’est de 1993 à 1996 à peu près.

Je ne parlais pas un mot d’anglais et encore moins de jap, lui il baragouinait un peu le jap, il comprenait le contexte et il parlait parfaitement anglais. Du coup, il nous traduisait ça et j’ai passé des après-midi à jouer avec le père de mon pote pendant les vacances. Parce que Yannick des fois il allait voir ses cousins ou il faisait d’autres trucs. On jouait à FF et on a dû faire quatre fois Secret Of Mana avant la sortie en France.

Jay : Là tu parlais de lui, mais moi j’ai connu un américain pendant une période, j’ai principalement appris à parler anglais grâce à lui, et on faisait les RPG ensemble. C’était cool quoi.

Fox : Ah mais c’est des purs souvenirs car tu découvres le jeu vidéo d’une manière un peu différente des autres gens qui ont découvert les versions françaises. Parce qu’on avait accès à une ludothèque de malade quoi.

Le premier en France c’était Secret of Mana.

Jay : Nan mais attends en français y’avait pas grand-chose en plus. Techniquement, on va dire que le premier vrai, entre guillemets, ça devait être Secret Of Mana

Fox : Nan il y a eu Mystic Quest juste avant. C’est le premier que j’ai eu en français.

Jay : Tu veux parler de Final Fantasy USA, le truc de merde là ?

Fox : Oui c’est ça.

Jay : Donc le premier c’était bien Secret of Mana, c’est ce que je dis. Tu sais que c’est une insulte à l’égard des occidentaux hein. Ils se sont dit “Nan mais c’est des occidentaux, on va faire une version light de Final Fantasy, un truc vraiment pourrave et ça va se vendre comme des petits pains”.

Fox : C’était pas si pourrie au final… j’en ai gardé des très bons souvenirs.

Jay : A tel point que quand il est ressorti au Japon, ils l’ont vendu pour les kids ! C’est pour te dire à quel point ils se foutaient de notre gueule !

Mystic Quest c’était pas si pourri au final

Fox : Après c’était les vrais Final Fantasy, on est passé à Secret Of Mana (qui a changé beaucoup de choses). Secret Of Mana qui était un action-RPG !

Jay : Oui et qui en plus était sorti en occident parce que le premier Seiken, qui s’appelait Final Fantasy Adventure aux US et Mystic Quest en Europe pour une histoire de droits très compliquée, car ils voulaient à l’époque vendre leurs jeux sous le nom de Final Fantasy (ce qui explique pourquoi la série SaGa était Final Fantasy Legends aux USA).

Fox : Donc pour moi les jrpg c’est principalement sur Super Nes, car sur NES il n’y en avait pas grand chose. Sur la NES j’étais beaucoup plus sur les jeux d’action, mais les RPG c’était avec mon voisin quand lui avait une Super Nes américaine. Après quand j’ai pu découvrir une bibliothèque de malade avec la ma console, ça a été un changement total ! Ce n’était plus uniquement de l’arcade. La Super Nes a apporté tout le RPG japonais qui manquait sur nos consoles en occident.

Jay : Très clairement, la machine du RPG c’est la Super Famicom mais je dirais aussi la Playstation 1. Car tous les gens qui ont fait des grands jeux sur Super Famicom ont migré sur PS One pour en faire d’autres. C’est plus une question de période qu’autre chose.

 

BG : D’accord et pour en revennir au présent, quel est votre jeu préféré du moment ?

Le jeu de Fox…

… et le jeu de Jay.

Fox : Mon jeu du moment c’est Path Of Exile ! vu que je suis un peu en “vacances” après le bouquin et deux ans de travail non-stop je suis en train de démonter Path Of Exile. La nouvelle saison a commencé début mars. J’en suis à plus de 200h pour te dire (note : l’interview a été enregistrée fin mars).

Jay : Pour moi c’est Nier Automata, pour ce qu’il envoie et ce qu’il raconte. Sinon il ne faut pas oublier qu’on fête les 15 ans de Kingdom Hearts et il y a Kingdom Hearts 1.5 et 2.5 qui sort sur PS4, et je suis reparti pour 300 heures !

 

 BG : Jay, d’accord pour Nier mais on est étonné de ne pas entendre le dernier Zelda…

Jay : Pour l’instant pour Breath Of The Wild je ne suis pas hyper convaincu, j’ai pas réussi à entrer dedans. Je trouve ça magnifique, l’animation défonce, etc… Mais globalement je me fais chier.

Les armes qui pètent et l’interface lourdingue, c’est pas possible. Pourtant, je suis un grand fan de Zelda. Je serai capable défendre pendant des heures certains épisodes comme Twilight Princess ou Skyward Sword. Breath Of The Wild, objectivement c’est un super jeu, mais je ne vois pas l’intérêt, pour moi ça ne marche pas. Je préfère largement me remettre Link to the Past.

Et puis, j’ai commencé le jeu. J’ai trouvé ça super joli. j’étais bien dedans en terme d’immersion. Puis j’ai eu le malheur de lancer Nier Automata et je me suis dit : “Ok, Nier Automata est un moins bon, vraiment, en termes de gameplay, mais ça raconte quelque chose”. Zelda c’est très beau, tu peux aborder les situations de la manière que tu veux, mais pour moi ça ne véhicule rien.

 

BG : Donc, on restera sur Nier pour Jay et Path of Exile pour Fox. On va continuer avec une question portrait chinois. Si vous étiez un personnage de jeu vidéo lequel aimeriez-vous être ?

névrosé de chez névrosé

Jay : Cloud de Final Fantasy VII, sans me poser de questions ! j’adore aussi Urmnaf Bort Hyuga (Yuri) de Shadow Hearts.

Cloud a une moto qui déboîte, on a la même date de naissance, qui est la même date que celle de Mélenchon (rires). Ensuite, c’est un névrosé de chez névrosé et à la fin de FF VII, il fini avec Tifa. Voilà ! Tu prends les arguments c’est : la moto et Tifa (rires). Je kiffe son arme, ses limites et le fait que c’est un personnage perdu dans la brume…

Sinon Yuri car je suis assez proche de lui. C’est un cynique. Il n’est pas méchant mais il n’a aucune limite. J’adore ce perso. Il me fait hurler de rire tellement il est décalé par rapport à ce qui lui arrive et par rapport au fait d’être le témoin de toute une époque de l’Histoire. Il donne beaucoup plus d’importance au facteur humain qu’au destin du monde, à la politique et à la destruction de ses contemporains.

Fox : Comme pour Jay j’ai deux réponses, pour deux raisons différentes et pourtant relativement similaires dans plein de domaines. C’est pas des persos de RPG pour le coup. L’un est plus ancien que l’autre car l’un a été une révélation instantanée et l’autre une révélation plus tardive on va dire.

c’est un personnage qui passe son temps à se chercher lui-même, à chercher ses origines

D’un côté il y a Raziel de la série Legacy Of Kain parce qu’il y a le côté grandeur, décadence, vengeance et rédemption qui est un arc scénaristique que j’aime beaucoup.

Raziel c’est un personnage qui passe son temps à se chercher lui-même, à chercher ses origines.

Dans l’écriture d’Amy Henning (scénariste du jeu) Raziel a cette capacité à être au départ un seigneur vampire, un bourgeois, une caste supérieure  mais quand il découvre ses origines, il est complètement détruit. Il se reconstruit, d’un côté par la colère et de l’autre par la vengeance.

Mais en même temps, il prend la mesure de ce qu’il est et il décide de changer les choses en quittant complètement les carcans qu’on lui impose. On lui avait imposé d’être un seigneur vampire en désacralisant son corps, lui qui était un ancien chasseur de vampire. Ensuite, il est devenu une sorte de goules voyageant entre les plans avec pour seul désir celui de se venger de celui qui l’avait détruit. Au final il choisit sa propre destinée.

L’autre personnage est Asura de Asura’s Wrath. C’est la plus pure expression de la colère. Je suis quelqu’un qui a connu de grandes périodes de colère personnelles et Asura c’est vraiment ça. Malgré tout ce qui se passe autour de lui, même s’il ne comprend pas tout, par sa colère il arrive quand même à être juste et à faire quelque chose, à changer le destin, la fatalité.

C’est pour ça que j’aime ces deux persos, qui se ressemblent.

Jay : Il y en a un qui continue de se battre avec deux bras en moins.

Fox : Non non, sans aucun bras ! (rires) c’est pour ça que j’aime Asura. On dirait le chevalier des Monty Python !

 

BG : Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire du podcast ?

Fox : Moi c’est très con mais c’est venu de la radio, j’ai toujours adoré ça.

Il y avait une petite radio locale près chez moi. J’adorais le matos car j’ai toujours été un nerd.

Pour le podcast, ce n’est pas moi qui ai eu l’idée mais les deux autres de “Les Tauliers” : Alex Le Serveur et Inks. Un après-midi j’étais en train de traîner sur twitter après avoir fini ma journée débutée vers 4h du mat. ALS était en train de chercher quelqu’un pour faire une partie de GTA IV en ligne. Inks était aussi sur la partie. On a joué genre 2h30 à se marrer, à faire n’importe quoi et on a commencé à parler podcast.

Inks m’a invité sur un podcast, genre un mois plus tard, pour faire une émission de Respawn avec Jibé. On a fait une super émission et ça m’a fait plaisir car j’ai toujours aimé la radio.

Après j’ai parlé à Jay, que je connaissais déjà car on traînait sur un groupe facebook sur le jeu vidéo et on passait nos nuits à raconter de la merde et à discuter.

Un jour il y a eu un site qui s’appelait Elive, un ancêtre de Twitch, qui te permettait de faire des casts : tu prenais une vidéo YouTube que tu mettais sur le site et tu parlais en même temps.

C’est là que Ken Bogard a commencé en faisant des casts de matchs de Street Fighter. Nous on a commencé à faire des petites émissions pour l’E3. Une nuit, j’avais fait toutes les émissions de l’E3, il était genre 3h du mat et la conf Sony allait commencer. J’ai parlé sur le chat facebook si quelqu’un voulait me rejoindre et Jay est arrivé, Jibé aussi.

Ca a été un gros bordel, la conf a duré 3h, on a bu des bières alors que j’étais fatigué, j’avais pas dormi, pas mangé, c’était un calvaire… C’était inutilisable car on a dit que de la merde, mais on a discuté un peu avec Jibé et Jay et on s’est dit que c’était vachement cool et qu’il faudrait qu’on le refasse. Je leur ai dis que j’en avais discuté avec Inks et qu’on devrait lui proposer ça en émission. J’ai dit à Jay “T’imagines des connards qui parlent de jeu vidéo en en ayant rien à foutre tout en buvant des bières !”. Il fallait qu’on trouve un nom et Jibé nous a parlé de son père qui, quand il entrait dans son bureau, disait “Bienvenue chez le taulier !”.

J’ai proposé ça à Yann (Inks) genre la semaine suivante le temps de me remettre de l’E3 et il nous a fait passer un test. Cétait une émission spéciale de “Que Le Grand Geek Me Croque” sur la violence dans les jeux vidéo. Toute l’équipe était déjà là, ALS, Inks, Jibé, Jay et moi. A la fin de l’émission, Inks a trouvé que ça marchait bien et il a fait produire l’émission, qui est devenu “les Tauliers”.

Les tauliers ! De gauche à droite : Inks, ALS, Fox,Jay et Caf.

Jay : Moi les podcasts j’aime pas ça et j’en écoute pas. Fox a expliqué l’historique des Tauliers. Je trouvais ça marrant, ça me faisait une respiration par rapport à mon travail. Ca me permettait de traiter du jeu vidéo sous un angle inédit. Un angle qui nous ressemble dans notre manière d’appréhender les choses, sous couvert de beaucoup de vulgarité et de blagues bien grasses, tout en parlant de choses intéressantes et en véhiculant pas mal de passion.

Fox : On fait ça encore aujourd’hui parce qu’on aime ça. Ca fait 7 ans mais on pensait pas que ça tiendrait 6 mois.

 

BG : 7 ans c’est plutôt énorme, félicitation. on aurai une petite question sur les Tauliers d’ailleurs, est-ce que vous préparez quelque chose en avance pour les émissions ?

Jay : Il y a un conducteur qui est fait par Inks et après il y a des suggestions par chacun des membres de l’équipe.

Fox : On discute d’un sujet pour l’émission du mois prochain, on vote et on se met d’accord… une fois qu’on a décidé du sujet, on voit qui pourrait parler de quoi, Inks fait un condensé de tout ça, parfois je fais ça avec lui  et après on a notre fil conducteur.

 

BG : Et concernant vos projets perso, point de vue écriture, avez-vous des projets à venir pour 2017 ?

Jay : Je ne peux pas donner de date exacte mais actuellement je suis en train d’écrire un bouquin sur Kingdom Hearts.

Fox : Il y a des choses qui se mettent en place mais je ne peux pas en parler pour le moment.

 

BG : Pour finir, Avez-vous des attentes pour 2017 ?

Jay : Dragon Quest XI. Très clairement. Même si ce n’est pas pour cette année, les deux jeux que j’attends le plus c’est Kingdom Hearts 3 et Final Fantasy VII Remake.

Fox : Les films Marvel (Les Gardiens de la Galaxie, le nouveau Thor, j’ai assez peur pour Spiderman mais on verra), j’ai envie de faire NiEr, Nioh, de voir la Scorpio, les prochaines cartes graphiques AMD… je ne suis pas un mec qui est vraiment dans l’attente, je suis plus à prendre les choses telles qu’elles viennent et après je gère au jour le jour, au fur et à mesure.

Une des attentes de Jay pour 2017…

…et la scorpio, une des attentes de Fox.

 

BG : De notre côté, nous attendons aussi beaucoup Dragon Quest XI. Jay, on s’est posé la même question concernant TMDJC la dernière fois. Sachant que tu es père on va te la poser aussi avant de se quitter. Souhaites tu partager ta passion du jeu vidéo et comment l’envisages-tu ? (jeux rétro ou non…)

Jay : Oui, mais dans une certaine mesure, avec un angle d’instructeur : montrer que l’histoire du jeu vidéo, c’est ça. Que ça, ça a été important, que ça c’est indispensable que tu connaisses…

Après le truc que j’attends le plus c’est de lui transmettre Star Wars. C’est Star Wars qui m’a donné envie d’écrire, de créer, de créer des univers… Le jour où je verrai des étoiles dans ses yeux quand il voit Star Wars, là je me dirai que j’aurai accompli un truc en tant que père.

BG : Et ces belles paroles achèvent notre interview. Merci à vous deux, Fox et Jay d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Ce fut très instructif pour nous. Et si nos lecteurs souhaitent vous entendre, vous êtes en direct sur RadioKawa chaque dernier vendredi du mois. 


Warning: Missing argument 1 for cwppos_show_review(), called in /homepages/33/d652191068/htdocs/clickandbuilds/BesideGames/wp-content/themes/flat/content-single.php on line 39 and defined in /homepages/33/d652191068/htdocs/clickandbuilds/BesideGames/wp-content/plugins/wp-product-review/includes/legacy.php on line 18